skip to Main Content
Tuto : Montage D’un Sweat (hoodie) Avec Col Ou Capuche

Tuto : montage d’un sweat (hoodie) avec col ou capuche

Petit tuto, qui est le premier de la série « Yo, foutacagoule! »

(comment ça, cette tentative désespérée de parler d’jeuns est  pitoyable…?  😉  … D’accord, d’accord, on va plutôt renommer cette série « sweats en tous genre ».. ça fait plus sérieux?)

Dans ce premier tuto, je montre comment monter un sweat tout simple (sans zip), avec col, cagoule, ou encolure sans col

C’est assez facile, et c’est bien de commencer par ça avant de s’attaquer au sweat à capuche zippé

Ce tuto peut servir de « base » pour développer d’autre options (fermeture éclair, poches, et finitions intérieures)

On va voir ici le montage de base d’un sweat, avec manchettes de poignets, bande de ceinture, et 3 finitions d’encolure : sans rien, avec col, ou avec capuche :

Ce tuto est juste sur le montage du sweat, il ne comprend pas de patron ;

mais vous trouverez facilement un peu partout  de nombreux patrons de sweats « simples », sur internet ou dans les magazines de couture ; on peut tout à fait aussi relever les dimensions d’un sweat de notre placard

Mes patrons préférés, et que je vous conseille vivement, sont des patrons payants, notamment :

c’est un super patron, « customisable » de plein de façons (il est en allemand, mais je l’ai traduit ici)

  • pour enfants aussi : le patron « Paco » de Meine Herzenswelt , avec option découpes très sympa ; je l’adore parce qu’il peut aussi faire sweat zippé, veste, cagoule ou col…
  • pour adultes, il y en a beaucoup… mais mon préféré est encore « Paco » (il existe en femme, homme, enfant, ado)

(ces patrons-ci sont en allemand, mais faciles à comprendre, avec  plein de photos… plus faciles à comprendre qu’un patron en français sans schéma je trouve…)

(je précise aussi que ces liens ne sont pas affiliés, ma parole est totalement libre… 😉 )

Petite précision sur les coutures élastiques :

Pour un T-shirt ou un sweat-shirt, toutes les coutures doivent être faites avec un point élastique : soit un surjet avec une surjeteuse, soit à la machine à coudre, avec un point zig-zag ou stretch (il faut regarder dans le mode d’emploi de votre machine quels sont les points élastiques)

(l’aiguille double pourra servir à faire des surpiqûres pour la finition (comme avec une recouvreuse), mais ce n’est pas indispensable ; elle ne permet pas d’assembler les pièces de tissu, c’est juste pour les surpiqûres finales)

Allez yop ! c’est parti !

Avec notre patron, on découpe donc 1 devant, 1 dos, et 2 manches (c’est toujours la même base)

(s’il y a des repères de placement sur les manches et les emmanchures, on les reporte sur le tissu)

On va dire que le bleu clair correspond à l’endroit du tissu, et le « grisé » à l’envers :

Etape 1 : assembler les coutures d’épaules

Placer le devant et le dos endroit contre endroit et coudre les coutures d’épaule à la surjeteuse ou au point élastique à la machine à coudre (zig-zag ou autre)

Etape 2 : assembler les manches au corps

On déplie le devant pour « étaler » le corps, endroit vers le haut :

On place une manche en face de son emmanchure, endroit contre endroit, et on aligne les milieux (trait rouge) :

On épingle tout le haut de la manche à l’emmanchure (en alignant les repères s’il y en a), et on coud la manche avec son emmanchure, endroit contre endroit, au point élastique

On déplie la manche cousue

On fait pareil pour l’autre manche…

… et on obtient ça :

Etape 3 : coudre les côtés

On replie le devant sur le dos, pour placer les tissus endroit contre endroit, et on coud en une seule fois les coutures des manches et celles des côtés :

Pour être sûr de bien aligner les coutures sous le bras, là où elles se croisent, on peut commencer par épingler les coutures d’emmanchures bien en face, et bâtir à la machine à coudre, juste sur quelques centimètres, avant de faire la couture finale

On peut retourner le sweat sur l’endroit… (et admirer le travail)

On boit un p’tit café… et on peut continuer !

retour au menu

Etape 4 : coudre les poignets 

Il y a plusieurs façon de finir les poignets.

La plus simple est de faire un ourlet : on replie une ou deux fois le bord de la manche vers l’envers, puis on surpique sur l’endroit pour fixer, comme ça :

L’autre façon de faire, la plus courante, est de coudre des bandes de tissu pliées en 2 au bas de la manche, qu’on appelle « bandes des poignets », « poignets », « bracelets de poignet », « bord-côte », « manchettes »… c’est le même principe.

ça permet de resserrer un peu le bas de la manche tout en restant élastique

… et on obtient ça :

Avec quel tissu ? Quelle taille?

Le tissu le plus souvent utilisé pour faire les manchettes de poignet et la bande de ceinture est le « bord-côte« , un tissu élastique tubulaire, qui a la particularité d’être très élastique (plus que le jersey)

Mais on peut aussi prendre du jersey « normal » ; dans ce cas, il faut une longueur plus grande que la longueur prévue pour du bord-côte parce que le jersey s’étire un peu moins que le bord-côte.

(Les gens sérieux vous conseilleront même de mesurer l’élasticité de votre tissu pour déterminer la longueur)

En moyenne (même si tout dépend toujours de l’élasticité du tissu), on dit qu’il faut mesurer la longueur du bas de manche, et multiplier cette longueur par 0,7 pour avoir la longueur du bord-côte nécessaire, et par 0,8 si c’est du jersey (c’est à dire qu’on coupe un morceau plus grand)

 

donc :

longueur de la manchette = circonférence du bas de manche (ou du bas de vêtement) x 0,7 (bord-côte) + marges

 

ou longueur de la manchette = circonférence du bas de manche (ou du bas de vêtement) x 0,8 (jersey) + marges

et piffométriquement, si vous trouvez que votre tissu ne s’étend pas tant que ça (un peu comme le tissu d’un T-shirt par exemple), rajoutez 2 cm… 😉

faites attention si votre patron prévoit une pièce de patron toute faite pour ces manchettes : dans ce cas c’est prévu pour du bord-côte, donc il faut couper plus grand si on veut du jersey

 

on peut même garder le même tissu que le vêtement, si c’est du sweat léger, ou du « terry » ; pareil il faut faire attention à l’élasticité du tissu

En pratique : on plie en 2 la bande de poignet, endroit contre endroit, et on coud le côté

(on peut le faire à la surjeteuse, ou au point droit à la machine à coudre : ce n’est pas grave si cette couture-ci n’est pas élastique, et ça permet de pouvoir ouvrir les coutures et donc faire moins d’épaisseurs pour la suite)

On obtient un cylindre, qu’on replie cette fois-ci dans sa longueur, envers contre envers :

et on obtient notre manchette :

On la place en face du bas de manche (qui est sur l’endroit) :

On entoure le bas de manche avec la manchette, en alignant la couture de la manche avec les coutures du bracelet ; les bords de la manchette doivent arriver au niveau du bord du bas de manche

… et on coud les 3 épaisseurs tout autour, au point élastique.

(en pratique, comme c’est petit, il vaut mieux piquer par l’intérieur de la manche)

On replie la manchette vers le bas

On considère que c’est un bien bel ouvrage, et qu’on a mérité un carré de côte d’or aux noisettes.

Etape 5 : coudre la « ceinture »

Ou bien « bande du bas », « bande du ventre », enfin bref ce qui est en bas du corps…

Le principe est exactement le même que pour les manches :

  • on peut faire un simple ourlet (prévoir une longueur en plus au moment de la coupe…)
  • ou on utilise une bande de bord-côte comme pour les poignets.

La longueur de la bande dépend, comme pour le poignet, de la longueur du bas du vêtement, du type de tissu utilisé pour la bande, et de l’effet souhaité (si vous voulez que le sweat soit un peu resserré en bas, ou si vous préférez (comme moi) qu’il passe au large de tout ce qu’on ne souhaite pas mouler… 😉  )

(c’est le problème des carrés de côte d’or, ça.)

(dans le cas où on veut que ça « passe au large », on mesure la longueur du bas du vêtement, et on enlève juste 2 centimètres ; pour un effet plus « resserré, on peut appliquer la formule « classique » : longueur x 0,7 pour du bord-côte, ou x 0,8 pour du jersey)

(voir la rubrique « quel tissu? quelle taille? » un peu plus haut)

Les premières étapes sont les mêmes : on coupe une bande, on la plie en 2 pour assembler ses petits côtés, puis on la plie dans la longueur, endroit contre endroit

On place la bande pliée autour du bas du vêtement, en alignant la (ou les) coutures de côté

On aligne et on épingle les milieux et les quarts; normalement la bande est un peu plus petite que le bas du vêtement, c’est normal

On coud les 3 épaisseurs ensemble, puis on déplie la manchette vers le bas

(on peut surpiquer aussi par dessus, côté vêtement, si on est motivé)

Et voilà. Fingers in the noouze. 🙂

retour au menu

Etape 6 : LAST BUT NOT LEAST : finition de l’encolure

Il y a 3 finitions possibles : encolure simple (sans col), avec un col, et avec une capuche.

Encolure simple

Col

Capuche

Finition 1 : encolure sans col

C’est ce qu’on fait par exemple sur l’encolure d’un T-shirt.

On utilise une bande de jersey ou bord-côte pliée en 2, exactement comme pour les manchettes de poignet ou du bas du vêtement : on découpe une bande d’une largeur de 4-5 cm environ, on coud ses petits côtés endroit contre endroit pour former un cylindre, et on replie la bande envers contre envers dans sa longueur pour former la « manchette »

Pour la longueur à utiliser, c’est comme pour les poignets ou le bas du vêtement (sauf qu’ici on est obligé de choisir une longueur plus courte que l’encolure, sinon l’encolure va « bâiller ») : longueur d’encolure  x 0,6 si bord-côte, x 0,8 si jersey

Puis on place notre bande contre l’endroit du vêtement, autour de l’encolure, (donc endroit contre endroit avec le vêtement) ; on peut aligner la couture de notre bande soit avec le milieu dos, soit avec une des coutures d’épaule

Comme pour la manchette du bas du vêtement, on épingle ensemble la bande et l’encolure au niveau des milieux dos et devant, et des côtés (pour répartir l’étirement de la bande de façon harmonieuse)

(La bande est plus courte que l’encolure donc c’est normal qu’elle soit tendue)

Puis on coud tout autour, en étirant un peu la bande

Pour finir, on replie le col vers le haut, on le repasse, et on peut le surpiquer pour le maintenir en place, côté vêtement (à la recouvreuse, à l’aiguille double, ou avec un point élastique)

Il existe une autre façon de faire pour cette encolure sans col, c’est de placer cette bande avant la couture des épaules.

Ou plus précisément, après avoir cousu juste une épaule.

En pratique : on assemble une des épaules endroit contre endroit ; on coupe une bande de jersey un peu plus longue que l’encolure

Comme pour les manchettes, on aligne les bords (marges) de la bande avec le bord de l’encolure

on l’assemble à l’encolure d’un bout à l’autre, en tirant un peu sur la bande pendant la couture (reste à définir le « un peu », c’est comme pour les élastiques et la lingerie, c’est un peu au pif mais après on prend le pli..)

Puis on coupe ce qui dépasse, et on coud la deuxième couture d’épaule et la bande dans la foulée

Il ne reste plus qu’à rabattre les marges de couture sur le dos pour les « cacher ».

Cette méthode a l’avantage de pouvoir contrôler « en temps réel » l’étirement qu’on donne à la bande ; l’inconvénient, c’est que les marges de couture arrivent jusqu’au bord (alors qu’avec la méthode classique des manchettes, il n’y a pas de marge visible)

Finition 2 : avec un col

On découpe deux rectangles, l’un dans le tissu extérieur, et l’autre dans un tissu « doublure » (tissu élastique aussi quand même, jersey par exemple) ; leur longueur dépend de la forme souhaitée du col, et leur largeur de la hauteur finie du col.

On assemble chaque rectangle par ses petits côtés, endroit contre endroit (comme pour les manchettes) pour former deux cylindres

C’est le moment de mettre des oeillets sur le tissu extérieur si on veut

Le tuto « comment poser des oeillets » est ici

On retourne l’un des cylindres sur l’endroit, et on le met dans l’autre (ils sont donc endroit contre endroit). On assemble sur tout le tour, cette couture correspondra au bord supérieur du col

On retourne le col sur l’endroit (c’est le dernier moment où on peut mettre des oeillets)

En plaçant le col sur l’envers, on l’assemble à l’encolure du vêtement.

Il faut bien faire attention à ce que ce soit le tissu extérieur du col qui soit placé contre l’endroit du vêtement.

On peut « entourer » l’encolure avec le col, vêtement à l’endroit, comme sur ce schéma

On épingle les 3 couches ensemble (le haut du sweat et les deux tissus du col), en faisant correspondre les milieux dos/devant et les côtés, puis on les coud. ensuite on replie le col vers le haut

(on peut aussi le faire dans l’autre sens, c’est-à-dire en retournant le vêtement sur l’envers, et en mettant le col à l’intérieur)

Et si on a mis des oeillets, on fait un petit tunnel en surpiquant les deux couches du col sur tout le haut, à 2-3 cm du bord supérieur. Et puis on met une petite corriotte dedans et on est bon!

Finition 3 : avec une capuche

Z’êtes toujours là?

(quel courage…)

Allez, la petite dernière, la vraie capuche, l’essence même du « foutacagoule »…

C’est aussi simple que le col :

Si votre patron de capuche se présente en 2 morceaux, il faut découper la capuche 2 fois en miroir dans le tissu extérieur et deux fois en miroir dans le tissu intérieur.

Puis on place les deux capuches extérieures endroit contre endroit, et on coud l’arrière des capuches et l’avant du col

On fait pareil pour la capuche en doublure

Si la capuche est coupée « au pli », donc en 1 seul morceau, ça revient au même : on la plie en deux endroit contre endroit sur le pli, et on coud l’arrière

Enfin, si la capuche est en 3 morceaux, avec une bande centrale, on commence déjà par assembler la bande centrale à un des côtés de capuche, endroit contre endroit

Puis on assemble l’autre côté de capuche avec la bande centrale, et on fait bien sûr la même chose avec la doublure

Au final, on obtient ça, selon que la capuche est en 2 ou 3 morceaux:

Si on veut mettre des oeillets, on peut les placer maintenant, ou à l’étape d’après

Ensuite, on retourne la capuche extérieure sur l’endroit, on laisse la capuche en doublure sur l’envers (ou l’inverse) ; on place la capuche extérieure dans la capuche en doublure (elles sont donc endroit contre endroit l’une contre l’autre), et on coud l’ouverture du visage sur tout le tour

C’est le dernier moment si on veut mettre des oeillets, après la capuche sera fermée par le bas (moi? nooooon j’ai jamais oublié, ni été obligée de tout découdre une fois le vêtement fini…… (z’avez aucune preuve t’façons.) #mauvaise foi… 😉 )

on les place sur le tissu extérieur, puis on fait un petit tunnel au point élastique, sur tout le tour, en prenant les deux tissus

Enfin, on assemble la capuche au col, en épinglant d’abord ensemble les milieux et les quarts, et on coud les trois couches à l’encolure.

 

Attention de bien placer la capuche extérieure endroit contre endroit avec le haut du sweat (on peut mettre la capuche dans l’encolure si c’est plus simple)

Bon, on n’est pas sur du gros niveau de dessin, là, alors soyez indulgents et faites appel à votre imagination pour visualiser les 3 couches de tissu… 😉

On remet tout sur l’endroit, on surpique l’encolure côté vêtement (mais c’est pas obligé), on glisse deux petites corriottes dans le tunnel

eeeeeeeeeeet voilà !!

 

(et là, on a carrément le droit de finir la plaque, moi je dis.)

J’espère que ce tuto vous a plu, à vous de jouer maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top