skip to Main Content
Tuto : Un Mini Lapin Sous Le Sapin

Tuto : un mini Lapin sous le sapin

Un petit tuto en passant : le mini-lapin-doudou-peluche.

Admettons : vous voulez offrir un petit doudou mignon à votre nièce/petit-neveu/petite-fille (enfin bref, à un de ces petits êtres vivants et très bruyants de moins d’1m50, vous voyez), vous êtes grave un petit peu en retard, mais il vous reste quelques chutes de minkee (ou de pyjama) et 2h devant vous?

Alors… ce lapinou est pour vous 🙂

Tout a commencé avec une petite peluche toute mimi que j’ai trouvée dans un grand magasin ; je l’ai trouvée tellement chouette que je l’ai achetée direct … (sans même avoir un enfant avec moi pour me servir d’alibi, c’est dire comme j’assume.  😉  ) juste pour pouvoir la copier…

Oui. C’est mal. C’est carrément de l’espionnage industriel, disons-le. Il y a peut-être une usine chinoise qui va faire faillite juste à cause de moi…

Je plaide coupable. (Et en plus, c’était prémédité.) (Héhé, j’irai peut-être en prison,  mais « espionnage » ça fait drôlement stylé, sur un casier…  )

(j’ai triché, sur cette photo, en vrai il ne tient pas debout le lapinou) (mais si vous voulez qu’il tienne debout, il suffit de le rembourrer avec un truc plus lourd sur l’arrière du corps)

Alors comme toujours, j’ai sacrifié quelques morceaux de papier et de tissu pour bidouiller ce mini-lapinou (mais rassurez-vous, je n’ai pas dépiauté l’original, il se porte comme un charme) (faudrait pas que j’aie la SPA aux trousses, en plus de la police des contrefaçons de doudous…).

Et puis aussi, comme toujours, j’en ai fait 14, histoire d’affiner mon patron et de passer de « c’est quoi ce petit pâté de tissu? » à « on dirait un animal, mais lequel…? »

(Et là, mon devoir presque accompli, j’ai décidé de m’arrêter. En espérant que les grandes oreilles au dessus de la tête constitueraient un indice suffisant pour deviner la nature de la bestiole.)

(Et qu’au pire, si le ch’tit n’enfant décrétait que c’était une souris, il me suffirait de hocher la tête avec aplomb.)

Et comme mon petit patron était fait, au passage, tant qu’à faire… petit tuto!

Ici avec ses petits frères et soeurs, sur une maman kangourou (« Bérénice », du livre de Quand Lisane rêve : Quand Lisane coud les animaux du monde).

(Je vous ai déjà radoté de Quand Lisane Rêve un peu partout dans ce blog… j’essaie d’arrêter mais c’est difficile) (Et puis à force, ça fait vraiment groupie, c’en est gênant … :-)) )

(Et si, une maman kangourou ça a le droit d’adopter des lapinous)

Alors quéqu’y faut pour faire le lapinou? 

(rubrique que l’on pourrait aussi intituler « Matériel » si on était très conformiste)

  • 1 morceau de minkee pour le corps et la tête (gris sur ce tuto), à la louche : 30x30cm
  • 1 petite chute de minkee pour le museau, la queue, et le devant des oreilles (ici blanc)
  • 1 fil à broder main (ou échevette, ou fil de laine) rose pour le nez et la bouche
  • pour les yeux : ici j’ai pris des boutons à tige noirs en forme de demi-sphère. Mais si votre doudou est pour un petit enfant, préférez plutôt broder les yeux avec un fil noir, parce qu’un bouton ça peut toujours se découdre ou s’arracher (on n’est jamais trop parano)
  • du rembourrage : vos chutes de minkee ou doudou, de la ouate de rembourrage, ou éventuellement des chutes de tissu coton (si vous voulez « lester »le postérieur pour qu’il tienne debout)
  • et en option : une petite cordelette ou un cordon élastique pour lui faire une attache dans le dos, ou une petite étiquette, ou un mousqueton pour le transformer en porte-clés

Ah oui, il faut aussi le patron (ça peut servir) : vous pouvez le télécharger ICI 

Patron PDF à télécharger

(Il faut l’imprimer en « 100% » ou « taille réelle », il tient sur une feuille A4)

(Vous verrez que j’ai fait (en bas, en bleu) des copies « miroir » du corps et de la tête, c’est pour gagner 3/100èmes de secondes en sautant l’étape « reporter les repères et pinces sur l’autre côté de la pièce de patron »)

Et aussi, une fois n’est pas coutume, les marges de couture ne sont pas comprises : c’est pour pouvoir tracer directement la ligne à coudre sur la pièce de tissu ( parce que sur un mini-doudou comme ça, si on compte 2-3 mm de marge d’erreur un peu partout, à la fin ça ne ressemble plus à rien 🙂  )

Le tuto complet en vidéo, c’est ici :

(et en pas-à-pas avec le bla-bla, c’est plus bas!)

Etape 1 : découpe des pièces

On commence par reporter le coutour des pièces du patron sur l’envers du minkee gris, en marquant aussi les pinces et les repères, et en laissant de la place pour les marges :

On découpe en ajoutant une marge :

Au total, on coupe dans le minkee gris :

  • 2 x les côtés de la tête en miroir
  • 1 x le centre de la tête
  • 1 x l’arrière de la tête
  • 2 x les côtés du corps en miroir
  • 1 x le dessous du corps
  • et 2 x les oreilles

Dans le minkee blanc, on découpe les 2 appliqués pour le museau, sans ajouter de marge :  (on marque le repère A)

On découpe 2 x la queue en ajoutant une marge :

Et enfin, on coupe 2 x les oreilles dans le minkee blanc

Au total, on coupe dans le minkee blanc :

  • 2 x le museau sans marge
  • 2 x la queue
  • et 2 x les oreilles

Etape 2 : couture des oreilles

On place les 2 oreilles blanches endroit contre endroit avec les oreilles grises :

On les coud sur le trait, en laissant la base ouverte :

On réduit les marges, on retourne les oreilles, on replie un de leurs côtés vers le centre et on bâtit à la main ou à la machine pour maintenir le pli

(normalement pour les oreilles de lapin, il faut replier les deux côtés, comme sur cette photo, mais pour le mini-lapin, avec ses toutes petites oreilles et les deux couches de minkee, c’est difficile)

Etape 3 : l’avant de la tête

Sur l’endroit de chaque pièce « côté de la tête », on marque le repère de l’oeil à partir du patron, puis on place l’appliqué du museau, en faisant coïncider les points A du museau et de la tête

On épingle l’appliqué en place (on peut aussi le coller, ou le thermocoller comme on veut), et on l’assemble à la tête, d’abord par une ligne de couture dans la marge :

Puis en faisant le tour de l’arrondi du museau (on pique sur l’endroit), à 2 mm du bord environ :

On forme et on pique la pince de la tête :

On va assembler chaque côté de tête avec le centre de la tête, endroit contre endroit :

On commence par faire coïncider les points A de ces deux pièces, puis on épingle de A à B :

On coud de A à B, en commençant pile poil sur A (pas dans la marge), et on coud plus loin que B, dans la marge :

On fait pareil pour assembler l’autre côté de la tête à la pièce « centre de la tête », et on coud de « pile poil A » à « plus loin que B » :

En regardant la tête sur l’endroit, on obtient ça :

(on va placer les oreilles au bord, sur la ligne jaune)

On place les oreilles sur l’endroit de la tête, « la tête en bas », côté minkee blanc contre l’endroit de la tête ; puis les bâtit à la tête dans la marge

On obtient ça :

Enfin, on remet les deux parties « côté de la tête » endroit contre endroit, et on pique de « pile poil A » jusqu’au bas du cou :

retour au menu

Etape 4 : les yeux, le museau et l’arrière de la tête

On fixe deux boutons (ou on brode des yeux) sur l’endroit de la tête :

Puis on brode un petit nez en triangle, et une bouche en dessous :

A la fin, le nez est censé ressembler un peu à ça :

Ou encore à ça :

(Je ne me permettrais pas de vous dire comment, parce que je fais ça absolument n’importe comment (c’est une honte…). Enfin, on fait un petit tas rose, quoi… 😉  )

On remet la tête sur l’envers (en ratatinouillant les oreilles à l’intérieur), pour placer par dessus la pièce « arrière de la tête ».

On place le repère du milieu (flèche bleue) entre les oreilles, on épingle et on coud tout le tour sauf le cou (ligne rose)

Puis on retourne la tête sur l’endroit en tirant les oreilles, et on rembourre la tête…

On prend une aiguillée de fil noir (double ou quadruple), on rentre le fil par l’intérieur de la tête, on le fait ressortir sous un oeil, et on passe dans la tige du bouton (ou simplement sur l’oeil si on l’a juste brodé) :

On traverse la tête avec l’aiguille pour ressortir sous l’autre oeil, on passe dans sa tige, et on re-traverse à nouveau jusqu’à l’autre oeil :

(et on fait 2-3 allers-retours comme ça)

Le but de tout ça est de bien plaquer les yeux contre la tête (sinon le lapinou a l’air d’avoir fumé un truc prohibé), et aussi d’affiner un peu la tête (parce qu’un vrai lapin, ça a les yeux sur le côté) (Comme les poules)

Et puis quand on est content, on referme l’ouverture du cou par quelques points à la main

Etape 5 : les papattes

On découpe 2 rectangles de minkee de 3 x 12 cm environ :

On les place endroit contre endroit l’un avec l’autre, on épingle, et on bâtit tout autour (pour pouvoir les maintenir en place et enlever les épingles)

On reporte les contours des pieds (cf patron) et on coud là où c’est bleu :

On recoupe tout à quelques mm de la couture :

Puis on retourne nos petits pieds (ici j’utilise la plus petite taille de l’outil pour guide-passe)

(Normalement, là maintenant… vous me détestez.)

retour au menu

Etape 6 : le corps

On forme et on pique les pinces du corps (2 pinces pour chaque côté du corps)

(Pas besoin d’être précis, c’est juste pour donner un peu de volume)

On place les pieds sur chaque côté du corps : la patte avant en face du repère (cf patron), la patte arrière en regard de la pince :

(on les place sur l’endroit du corps)

Et on les bâtit au corps dans la marge

On assemble maintenant un côté du corps avec le dessous du corps, de C à D ; pour ça, en place les deux pièces endroit contre endroit, en faisant coïncider les repères C et D :

On pique en commençant pile poil sur C, et on finit dans la marge après D :

On fait pareil pour assembler le dessous du corps à l’autre côté, en cousant de « pile poil C » à « plus loin que D » :

On obtient ça (sur l’endroit) :

On place les deux parties « côté du corps » endroit contre endroit, en alignant leurs pinces

Si on veut fixer une attache, c’est le moment : on fait une boucle avec un petit cordon (élastique ou non », on la place « tête en bas » entre les deux côtés du corps, avec le noeud dans la marge de couture :

Et on coud de « pile poil C » à E :

On peut retourner le corps sur l’endroit

Etape 7 : la queue

On place les deux pièces de la queue endroit contre endroit, on épingle et on coud sur le trait, sur tout le cercle sans laisser d’ouverture :

On réduit les marges à quelques millimètres de la couture :

Puis on fait une fente, aux ciseaux, sur une des faces :

On retourne par ce trou, on rembourre avec quelques chutes de minkee

Et on referme ce trou par quelques points à la main :

C’est une technique que j’ai apprise dans les livres de Quand Lisane Rêve : avant, je laissais une partie non cousue sur le bord, pour retourner par là et refermer à la main plus tard. Ce qui ne pose aucun problème sur un bord droit, mais sur les pièces rondes comme ici c’est difficile, ça laisse toujours un petit « méplat ». Alors qu’avec la technique de faire un trou derrière, on obtient une forme bien ronde, et notre trou sera caché quand on attachera la queue au corps

On attache la queue à l’arrière du corps avec un fil bien solide

Pour cela, côté corps, on pique entre le point C et la pince du dos ; côté queue, on pique au milieu de la face arrière (donc sur la couture qui a refermé le trou de la queue)

Puis on rembourre le corps (par le cou), et on fixe la queue, cette fois-ci sur tout le tour, au point invisible:

Etape 8 : la dernière ligne droite

On replie un peu les bords du cou vers l’intérieur :

On pose la tête par dessus, et on la fixe par quelques grosses épingles

Puis on attache la tête au cou, au point invisible, en faisant au moins deux fois le tour :

A ce moment-là, on a le droit de mettre un truc bien crétin en fond à la télé

(ya une dérogation exprès. je vous ferai le mot pour la maîtresse)

Et c’est fini !

On « rhooo lalate » avec enthousiasme.

On se la pète sur les réseaux sociaux.

Et puis on met le mini-lapin sous le sapin. (ou… dans le sapin 🙂 )

Pour celui-ci, qui était destiné à un bébé, j’ai cousu des petits ronds de simili-cuir pour les yeux, et un petit zig-zag au fil blanc pour le reflet

Cet article comporte 21 commentaires
  1. Bravoooooo ! !Mille bravos même à vous ,pour ce fastidieux et si généreux travail ! il est mignon comme tout ! je le ferai …après les fêtes .. merci encore

  2. milles et remilles merci pour votre tuto c’est très gentil de votre part pour le partage .Ils sont magnifique vos ptits lapinoux

  3. Des vœux, un tuto hyper détaillé, un style d’humour qui me correspond.
    Histoire de tuer le temps (non pas avec une hache…) et pour les deux trucs bizarres qui gesticulent partout et qui m’appellent mamie, yapluskafairelelapinou.
    Je vais également aller faire un tour du côté de chez Swann (euh de Quand Lisane Rêve), tout celà me plait beaucoup.
    J’adore, j’adhère …..
    Meilleurs voeux pour cette nouvelle année.

    1. Tant mieux! J’espère que les lapinous plairont aux petits trucs bruyants qui gesticulent (et qu’ils les occuperont 5 min… 😉 )
      Bonnes cousettes à vous!
      HH

  4. Bravo!! tout est détaillé avec minutie ,je coud et je sais ce que représente tout ce travail ,tutos hypers bien illustrés ,tout est parfait à 100%
    Un des plus beaux

  5. et hop là, 2 lapinous pour mes petits enfants. Et réussis en plus !! Merci beaucoup pour tout ce travail et la patience nécessaire pour faire ces tutos (vidéo + photos et textes) jamais vu ça. MERCI

  6. Bonjour
    Je viens de découvrir votre blog et je suis fan. J’aime votre humour et l’application que vous mettez à faire vos tutos . C’est en recherchant un modèle de doudous que je vous ai trouvé et j’en suis ravie.
    Je vais donc me lancer dans la confection des doudous nounours (il en faut plusieurs identiques car c’est un chose que l’on a tendance à perdre).
    Merci beaucoup pour votre aide.

    1. Merci Marie-Laure! J’attends avec plaisir de voir vos futurs tidoudous!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top